Blog

Un réseau de parcelles de surveillance pour la gestion des forêts dans le cadre des changements environnementaux. Augmentation de la mortalité des arbres dans la forêt boréale du nord-est de l'amérique du nord en raison de multiples facteurs climatiques

 

David Grenier-Héon, Changhui Peng, Daniel Kneeshaw

diagram-arrow-down

Contexte et objectif

Les changements climatiques exercent une pression croissante sur les forêts de la planète, et ce, à la fois directement et indirectement en modifiant les régimes de perturbation et en provoquant des sécheresses ainsi que des périodes de haute température qui sont plus fréquentes et plus graves. Ces changements ont pour conséquence une augmentation des taux de mortalité des arbres observés dans tous les biomes forestiers. En Amérique du Nord, les forêts boréales sont particulièrement vulnérables en raison de leurs latitudes nordiques, où le réchauffement climatique a été plus important dans les dernières années. Bien que des augmentations prolongées de la mortalité induites par le changement climatique aient été signalées dans l'ensemble de la forêt boréale canadienne, la partie orientale du pays a reçu moins d'attention et, par conséquent, un portrait précis de ses schémas historiques de mortalité des arbres en relation avec le climat n'a pas encore été dressé.

Les objectifs de cette étude étaient :

  1. d'évaluer les tendances temporelles passées de la mortalité des arbres pour six espèces majeures de la forêt boréale du Québec dans ses quatre sous-régions bioclimatiques différentes ;
  2. d'établir et de quantifier la relation entre les variables climatiques clés et la probabilité de mortalité des arbres de ces mêmes espèces.

Nous avons émis l'hypothèse d'une augmentation non linéaire de la mortalité pour les six espèces et que l'augmentation de la température serait un facteur majeur expliquant ces augmentations.

Approche

À l'aide de données provenant de plus de quatre décennies d'inventaires forestiers québécois ainsi que celles provenant du réseau de stations météorologiques, nous avons étudié la relation entre la mortalité au fil du temps et différents paramètres climatiques au moyen de modèles additifs généraux à effets mixtes (MAGM).

Trouvailles

Les résultats obtenus montrent une augmentation de la mortalité pour toutes les espèces, mais qui étaient différentes selon les sous-régions étudiées. Deux espèces, le pin gris et le peuplier faux-tremble, n'ont pas montré de sensibilité significative aux indices de température ou de sécheresse. Ailleurs au Canada, des résultats similaires ont été observés pour le pin gris, alors que le peuplier a été considéré comme espèce vulnérable dans l'Ouest canadien.

Concernant le bouleau blanc, il s'agissait de l'espèce la plus sensible au climat global, peu importe la sous-région. Cette étude nous a permis de démontrer que les changements climatiques des dernières décennies ont eu un impact important sur la forêt boréale du Québec malgré des précipitations généralement abondantes. Les résultats obtenus mettent en évidence le besoin important de stratégies de gestion forestière, même dans la forêt boréale de l'Est, afin d'atténuer les effets futurs des changements climatiques sur la mortalité des arbres.

Sur le terrain

Related articles